[Portrait coworker] « J’ai choisi de faire du coworking pour sortir de chez moi après avoir télétravaillé pendant 4 ans à la maison. Je voulais avoir plus d’échanges, m’ouvrir vers l’extérieur. »

Delphine Belair travaille chez Kalitis, entreprise qui conçoit des solutions web pour aider les établissements du secteur de la santé. Faites connaissance avec notre nouvelle coworkeuse !

Fiche d’identité :

Delphine Belair – 39 ans. Consultante contrôleuse de gestion chez Kalitis, coworkeuse depuis juin 2019.

 


Cobalt accueille des coworkers aux profils variés. Aujourd’hui, c’est au tour de Delphine Belair de nous parler de son travail chez Kalitis…

 

Delphine, peux-tu nous présenter brièvement ton parcours professionnel ?

J’ai commencé dans le contrôle de gestion industriel aéronautique et j’ai très vite été amenée à exercer dans le secteur de la santé chez Kalitis, entreprise pour laquelle je travaille depuis 12 ans.

 

Peux-tu nous parler de Kalitis, l’entreprise pour laquelle tu travailles ?

Kalitis est une société spécialisée dans le secteur de la santé, elle apporte des solutions web pour aider les établissements à optimiser leurs performances. Ces solutions web sont les supports sur lesquels nous nous appuyons pour conseiller et accompagner nos clients à cibler des pistes d’optimisations.

Qui sont vos clients ?

Nous travaillons surtout avec les cliniques chirurgicales, de rééducation, la psychiatrie, l’hospitalisation à domicile… Nos interlocuteurs sont les directeurs d’établissements ou responsables financiers qui cherchent à pérenniser leur structure et avoir des indicateurs performants.

 

Comment se passe une journée de travail typique ?

J’ai assez peu de journées typiques car je ne suis pas dans une routine de calendrier. Je vais avoir des rendez-vous téléphoniques avec les directeurs d’établissements pour alerter sur les indicateurs qui se dégradent ou s’améliorent. J’ai une partie purement contrôle de gestion, je traite les éléments financiers des établissements pour produire les indicateurs et les analyser ensuite. J’anime des formations sur les bonnes pratiques de codage de l’activité médicale.

 

Peux-tu me donner des exemples d’indicateurs ?

Le taux d’encadrement, la consommation médicale journalière, la durée moyenne de séjour…

 

As-tu une expérience marquante de ton parcours professionnel à nous raconter ?

Oui, il y en a plusieurs, des positives et des négatives.

J’ai eu des expériences dans des structures, au niveau de la psychiatrie, où l’atmosphère était assez lourde. Quand je rentrais ils verrouillaient tout derrière mois, je n’étais pas rassurée, j’avais hâte de ressortir.

De manière plus positive, il y a 2 ans, une directrice d’une clinique de soins de suite et de réadaptation nous a témoigné avoir « sauvée » sa clinique grâce à nos préconisations. Ce jour là, je me suis dit que mon métier avait du sens et qu’il a permis de maintenir une activité et des emplois.

 

 

Maintenant, parlons du coworking…

As-tu fais du coworking avant Cobalt ?

Non, jamais.

 

Pourquoi avoir opté pour ce mode de travail ?

J’ai choisi de faire du coworking pour sortir de chez après avoir télétravaillé pendant 4 ans à la maison. Je voulais avoir plus d’échanges, m’ouvrir vers l’extérieur.

 

Qu’apprécie-tu à Cobalt ?

L’ambiance conviviale et l’ouverture d’esprit, je trouve qu’on échange avec des profils très différents et atypiques, des gens passionnés par ce qu’ils font. J’aime l’ambiance de travail, c’est sérieux et à la fois c’est sympa.

 

D’après toi, qu’est-ce qui différencie un bon coworker d’un mauvais coworker ?

Je dirais qu’un bon coworker respecte et s’intéresse aux autres. 

 

Dis-nous en plus sur toi !

Es-tu fan de musique ?

Oui, j’écoute du pop rock, j’adore Indochine (je les ai vu en concert :D)

Le Hard rock fait aussi partie de ma playlist !

 

Es-tu fan de sport ?

Je fais du yoga à Cobalt !

 

Un film préféré ?

Une fois par an, je regarde “Dirty Dancing”, j’adore ! Dans un tout autre registre, Taken fait partie du top 10 !

J’aime bien les comédies romantiques anglaises “Coup de foudre à Notting Hill” et “Love Actually”, « The Holiday », « Le mariage de mon meilleur ami »… En ce moment, je regarde la série « Downton Abbey » : j’adore les décors, les costumes…

En cinéma français, je regarde surtout les films d’histoires humaines comme “Les invisibles”, « Monsieur je sais tout » dernièrement.

 

Quelle est l’invention la plus utile, selon toi ?

La machine à laver, je ne me vois pas laver mon linge à la main ! (Rires…)

 

Quels sont tes objectifs d’avenir ?

Me sentir bien dans mes baskets, être heureuse c’est l’objectif principale.

 

Propos recueillis par Sarah Lopes, chargée de missions à Cobalt.