« Professionnellement, mon fil rouge c’est le récit. » Rencontre avec Mathilde, spécialiste en communication.

Ancienne comédienne, Mathilde s’est reconvertie dans le domaine de la communication, en tant que consultante et formatrice. Sans pour autant oublier sa passion pour le récit…

Fiche d’identité :

Mathilde Leclere – Conseillère en stratégie de communication, coworkeuse depuis septembre 2019.

 


Mathilde, peux-tu nous présenter brièvement ton parcours professionnel ?

Pendant plusieurs années j’ai travaillé comme comédienne dans différentes compagnies, dont la Comédie Française.

Puis j’ai eu envie d’accompagner les auteurs et je suis passée de l’autre côté du miroir : dans la production audiovisuelle. Avec l’équipe nous avons même gagné un concours de webséries : les Ateliers Orange de la création 2012. Ensuite, grâce à l’obtention d’un MBA, j’ai intégré le monde des agences de communication, en France et à l’étranger, sur des enjeux de communication globale et aussi spécialisée, notamment dans les biotechnologies et les sciences de la vie. Suite à cette expérience, j’ai décidé de m’installer en tant que freelance pour à la fois accompagner les entreprises avec du conseil en stratégie de communication, et former des équipes en interne sur ces questions. En parallèle, j’interviens dans des écoles de commerce, d’ingénieur et à l’université, et j’accompagne des personnes qui se questionnent, dans l’atelier “Sens de la vie, sens du travail”.

Professionnellement, mon fil rouge c’est le récit. Le récit qui structure collectivement (avec le théâtre), qui agit comme outil de médiation interne ou externe et peut aussi être un levier stratégique dans le développement des entreprises (avec la communication B2B et B2C). Le récit est aussi un objet dont chaque individu peut se saisir pour raconter son histoire, ses expériences de vie, et ensuite s’approprier pour se renforcer et agir. En interrogeant, par exemple, nos manières de nous inscrire dans le monde avec les réseaux sociaux, les interactions sociales et le travail, on peut se reconnecter à ce qui fait sens et nous nourrir (avec l’atelier “Sens de la vie, sens du travail”).

 

Comment se passe une journée de travail typique pour toi ?

Je n’ai pas de journée de travail typique. Mais j’ai toujours une visibilité sur mes deadlines et j’organise ensuite mon travail autour de ces points fixes, pour que tout soit prêt au bon moment.

 

As-tu une expérience marquante de ton parcours professionnel à nous raconter ?

Un moment très marquant pour moi, a été celui où je me suis rendue compte que le récit était au cœur de toutes mes expériences. Depuis, je connecte mes projets professionnels à ce fil rouge. Cette prise de conscience a été capitale, elle me nourrit beaucoup, et je suis heureuse de pouvoir contribuer à transmettre ces clefs à d’autres, aussi bien dans mon activité de conseil en stratégie de communication, que comme formatrice « Sens de la vie, sens du travail ».

 

Parlons maintenant du coworking ! As-tu fais du coworking avant Cobalt ?

Oui, un petit peu à Paris.

 

Pourquoi avoir opté pour ce mode de travail ?

J’ai choisi ce mode de travail car autant j’aime mon indépendance, autant je n’ai pas envie être isolée.

 

Qu’apprécies-tu à Cobalt ?

Je trouve que c’est très chaleureux humainement, les locaux sont agréables, il y a des animations, on peut apprendre, se cultiver, rencontrer des gens qui ont une autre activité ou culture de travail que la sienne. C’est riche et stimulant.

D’après toi, qu’est-ce qui différencie un bon coworker d’un mauvais coworker ?

Je pense que c’est la capacité à gérer les temps de socialisation et les temps de travail, à trouver le juste équilibre entre les deux.

 

Dis-nous en plus sur toi ! Es-tu fan de musique ?

Ça dépend laquelle ! J’ai un amour fou pour la musique baroque ! Mais j’aime aussi la chanson française, l’électro et la soul.

 

Es-tu fan de sport ?

J’adore le yoga et la randonnée.

Un film préféré ?

Il y en a deux : “ Bienvenu à Gattaca” et ”L’enfance d’Ivan”, je les trouve extraordinaires !

 

Quels sont tes objectifs d’avenir ?

Développer mon activité et continuer à apprendre.

 

Enfin, complète « Pour ma défense, je… »

Pour ma défense ? Je plaide coupable !

 

 

Propos recueillis par Sarah Lopes, chargée de missions à Cobalt.