Rencontre avec Anne-Hélène, rare avocate à faire du coworking !

Les professions libérales comme les avocats se mettent aussi au coworking ! C’est le cas de Anne-Hélène Pelgrin, qui nous explique ici son parcours, son quotidien et son choix de faire du coworking malgré les difficultés afférentes.

Fiche d’identité :

Anne-Hélène Pelgrin – 31 ans, avocate, coworkeuse à Cobalt depuis 3 semaines

 


Anne-Hélène, peux-tu nous présenter brièvement ton parcours professionnel ?

J’ai fait 5 ans de fac de droit, d’abord à Nantes, puis j’ai réalisé mon master 2 à Rennes. Par la suite, j’ai travaillé 1 an chez Harmonie Mutuelle en tant que juriste en droit des affaires, avant d’entrer en école d’avocat pour 2 ans. Après ma formation j’ai trouvé un poste de collaboratrice dans un cabinet d’avocats à Rennes, où je travaille encore actuellement.

Parle nous du cabinet dans lequel tu travailles ?

C’est un cabinet spécialisé en droit des affaires (droit des sociétés, droit fiscal, droit de la propriété intellectuelle, droit des contrats et droit social). Nous sommes 20 collaborateurs dont 15 avocats et travaillons principalement avec des entreprises type TPE-PME. Nous faisons majoritairement du conseil, du contentieux uniquement en droit social. Nous avons pour projet de développer le cabinet, notamment à Lyon.

 

Comment se passe une journée de travail typique ?

Je prends d’abord connaissance de mes mails, puis je traite mes dossiers. Mes journées sont rythmées entre rédactions d’actes, recherches juridiques et entretiens clients.

 

As-tu une expérience marquante de ton parcours professionnel à nous raconter ?

Je dirais la fois où j’ai failli rater mon train à cause de travaux, pour un rendez-vous de signature à Paris pour lequel j’étais en possession des actes qui devaient être signés. J’ai eu une bonne montée d’adrénaline !

Parlons du coworking !

As tu déjà fait du coworking ?

Non, jamais. Ce n’est pas adapté à notre activité car nous avons beaucoup d’obligations du fait de la déontologie notamment en termes de confidentialité. Cela implique d’être très vigilant sur sa manière de travailler.

 

Qu’apprécies-tu à Cobalt ?

Je trouve que l’espace de travail est très agréable, la déco est travaillée, on se sent dans un espace cocoon, cosy. Les espaces communs sont très sympas aussi ! Et j’apprécie beaucoup de travailler en centre ville !

 

D’après toi, qu’est-ce qui différencie un bon coworker d’un mauvais coworker ?

Le mauvais coworker, c’est celui qui ne respecte pas l’espace de travail des autres, qui est bruyant.

 

Dis-nous en plus sur toi !

Es-tu fan de musique ?

Pas spécialement, j’écoute de tout mais je suis plus fan de cinéma que de musique !

 

Es-tu fan de sport ?

J’aime faire du sport mais ça reste un loisir, je ne suis pas trop compétition.

 

Un film préféré ?

J’ai deux films qui m’ont beaucoup marquée : “Gladiator” et “La liste de schindler” de Spielberg.

Quelle est l’invention la plus inutile, selon toi ?

C’est marrant comme question ! (rires…) Je ne pense pas que ça existe vraiment… Il doit toujours y avoir une certaine utilité, sinon pourquoi l’inventer?

 

Quels sont tes objectifs d’avenir ?

Au niveau pro, progresser dans mon travail, continuer à gagner en expérience et en expertise. Au niveau perso, trouver un bon équilibre, fonder une famille, et essayer de garder le contact avec mes amis.

 

Propos recueillis par Sarah Lopes, chargée de mission à Cobalt.